BUREAU INFORMATION JEUNESSE DE LOIR-ET-CHER

Découvrez notre page Netvibes !
Le BIJ (Bureau Information Jeunesse) est un lieu d'accueil, d'information et de documentation anonyme et gratuit. Nous disposons d'un espace d'accueil de 100m² mutualisé avec la Mission Locale du Blaisois et la Maison de l'Emploi.Téléchargez le dépliant du BIJ
Tes Infos

Les métiers du droit et de l’économie

Les métiers du droit : Avec plusieurs statuts et des lieux d’exercice variés, les métiers du droit recouvrent de multiples réalités. On distingue cependant deux grandes catégories : d’une part, les professions non réglementées (représentées essentiellement par les juristes d’entreprise, spécialisés dans différents domaines) d’autre part, les professions réglementées du service public de la Justice. Ces professions elles-mêmes se scindent en deux sous-groupes, selon qu’elles sont exercées sous un statut de fonctionnaire (magistrat, surveillant pénitentiaire…) ou à titre libéral (huissier, avocat, notaire…).

Les études de droit : Dans le domaine du droit, les diplômes sont nombreux et s’échelonnent de bac + 2 à bac + 8. Cela dit, les exigences de ce secteur de plus en plus complexe rendent aujourd’hui les doubles formations quasiment incontournables (par exemple, droit + école de commerce ou droit français + droit anglo-saxon). C’est pourquoi les universités et les instituts proposent des cursus qui se déroulent pour partie à l’étranger, ou bien en partenariat avec des écoles de commerce. Une fois ce double diplôme en poche, les débouchés sont nombreux : secteur public, secteur privé, professions libérales…

Avocat : L’avocat n’est plus seulement ce personnage en robe noire plaidant dans un tribunal. Aujourd’hui, il est aussi conseiller juridique. Il renseigne notamment ses clients sur la procédure judiciaire, aide à régler les conflits et anticipe leur apparition. En matière pénale, il prend la parole pour défendre des personnes ou pour représenter les intérêts des victimes. En matière civile, il accomplit les actes nécessaires à la procédure et prépare les conclusions. Pour devenir avocat, le passage obligé est l’examen d’entrée en centre régional de formation professionnelle des avocats (CRFPA).

Magistrat : Chargés de l’application des lois, les magistrats ont un statut assimilé à celui des fonctionnaires. Ils sont nommés et rémunérés par l’État. On distingue les magistrats du siège, qui disent le droit et appliquent la loi, et ceux du parquet, qui ne rendent pas de jugement mais jouent le rôle d’accusateur. Au sein de la magistrature, les fonctions sont nombreuses : juge au tribunal de grande instance, juge de l’application des peines, juge des enfants, juge d’instruction, juge d’instance, parquetier (substitut ou procureur de la République) … Dénominateur commun à toutes ces fonctions : le passage obligé par l’École nationale de la magistrature (ENM), à Bordeaux.

Les métiers du notariat : La fonction première du notaire est d’établir des actes pour le traitement de successions, de mutations immobilières ou de donations, mais il a aussi pour mission de rédiger certaines conventions particulières (copropriétés, ventes…) et intervient par ailleurs en tant que conseil juridique. Agissant au nom de l’État et nommé par le ministre de la Justice, le notaire confère l’authenticité aux actes qu’il rédige. Aujourd’hui, les notaires élargissent de plus en plus leurs compétences à d’autres secteurs : droit des entreprises, droit des collectivités locales, conseil patrimonial…

Les métiers de l’expertise juridique : Les métiers du droit se divisent traditionnellement en deux grandes catégories : fonctionnaires de l’État d’une part (magistrats, policiers…), et auxiliaires de justice d’autre part (avocats, huissiers…). Mais de nombreuses autres professions font du droit leur activité principale, dans une optique générale de conseil et d’accompagnement juridiques. Parmi ces métiers : juriste d’entreprise, administrateur judiciaire, mandataire judiciaire, spécialiste en propriété industrielle et intellectuelle, lobbyiste.

Les études de sciences économiques : Les études de sciences économiques se font essentiellement à l’université, avec deux filières au choix : sciences économiques et de gestion (SEG), ou administration économique et sociale (AES). Mathématiques, statistiques et économie constituant les principales composantes du programme. Ce cursus s’adresse aux plus matheux des bacheliers, d’autant que la concurrence est rude ! La filière AES, moins abstraite, présente l’avantage de pouvoir suivre de front plusieurs disciplines : droit, sciences économiques, sciences humaines et sociales. Mais pluridisciplinarité ne veut pas dire facilité.

Sciences politiques : IEP et université : Les 9 instituts d’études politiques (Sciences-Po Paris, Aix, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Rennes, Strasbourg et Toulouse) délivrent tous un diplôme à bac + 5. Le cursus complet comprend un tronc commun généraliste de 3 ans, suivi de 2 ans de spécialisation. Six IEP de province organisent un concours commun d’entrée en première année. L’IEP de Paris réserve déjà son concours d’entrée aux seuls bacheliers de l’année. Mais les sciences politiques passent aussi par l’université, qui offre des débouchés dans la fonction publique ou territoriale, le journalisme, les organisations internationales.

Une grande variété de métiers sont consultables dans les PIJ / BIJ au travers de fiches ou de vidéo. Explorateur des Métiers  au BIJ à Blois.

Sites utiles :

http://www.orientation-pour-tous.fr/

orientation-pour-toushttp://www.onisep.fr/, http://oniseptv.onisep.fr/, http://www.cidj.com/, http://www.informetiers.info/, http://www.letudiant.fr/, http://www.studyrama.com/, http://www.lecanaldesmetiers.tv/,

en région centre : http://www.etoile.regioncentre.fr/