BUREAU INFORMATION JEUNESSE DE LOIR-ET-CHER

Découvrez notre page Netvibes !
Le BIJ (Bureau Information Jeunesse) est un lieu d'accueil, d'information et de documentation anonyme et gratuit. Nous disposons d'un espace d'accueil de 100m² mutualisé avec la Mission Locale du Blaisois et la Maison de l'Emploi.Téléchargez le dépliant du BIJ
Tes Infos

Les métiers des arts et de la culture

Les études artistiques : Les arts appliqués, qui se fondent sur le dessin ou le volume, sont enseignés dans les Lycée (BTS) ou les écoles supérieurs d’arts appliquées, ainsi que dans certaines écoles privées. Ils concernent les métiers du design (mode, produit ou communication), de l’architecture d’intérieur, du dessin animé et du graphisme. Si vous vous destinez à la peinture, à la sculpture ou à la gravure, vous étudierez plutôt les arts plastiques. Aujourd’hui, les traditionnelles formes d’arts plastiques font appel à la vidéo, à la photographie… Les Beaux Arts restent la voie royale.

Les métiers de la décoration : Travailler les ambiances, les volumes, les espaces : la décoration au sens large recouvre des activités variées, et autant de métiers. Ils sont architectes d’intérieurs, décorateurs ou encore étalagistes-décorateurs. Mais, alors qu’on dénombre quelque 3 000 architectes d’intérieur en France, il existe peu de débouchés pour les 2 200 diplômes annuels. Pour les décorateurs, c’est encore plus difficile. Coté ameublement, la France joue sur le haut de gamme et recrute notamment des ingénieurs et des commerciaux. L’aménagement de cuisines et de salles de bains à le vent en poupe. En revanche, les métiers plus traditionnels ont du mal à trouver des débouchés.

Les métiers du design : le designer est créatif, psychologue, curieux et sensible à l’air du temps. Au départ, il y a une simple idée, qui prend la forme d’un croquis, puis se transforme en maquette accompagnée de documents techniques. C’est un métier d’avenir, d’abord parce que les nombreux produits et services auront toujours besoin de designers pour se faire connaître: plus de 60 000 marques sont créées en France chaque année! Mais aussi parce que les nouvelles technologies génèrent de nouveaux supports et nouveaux besoins. De Bac + 2 à Bac + 5, les écoles et les formations, bien adaptées, ne manquent pas.

Les métiers de l’artisanat d’art : Tailleur de pierre, doreur, encadreur, ébéniste… L’artisanat d’art compte plus de 200 métiers répertoriés dans 19 secteurs, mais tous n’offrent pas les mêmes débouchés. Toutes disciplines confondues, les recrutements sont de l’ordre de 20 000 spécialistes par an. Reste qu’avant d’acquérir un savoir-faire et parfaire son art, sans oublier la maîtrise des techniques commerciales. Du CAP au DSAA (Bac + 4), en passant par le BMA (Bac +2), il existe une multitude de formations.

Les métiers des arts graphiques : Logo, affiche, BD, couverture de magazine, générique de film, page web…La communication visuelle est partout! Derrière ces images, on retrouve tous les professionnels du graphisme  directeurs artistiques, designers graphistes, maquettistes… Dans ce secteur, la plupart des professionnels exercent en free-lance (indépendants) et doivent donc se ventre auprès des entreprises commanditaires (édition, presse…) ou des agences spécialisées (design, publicité…). Les conditions de travail sont difficiles, surtout en début de carrière, puisqu’il faut se faire connaître et se constituer un réseau.

Les métiers du spectacle vivant : Le spectacle vivant regroupe le théâtre, la danse, le cabaret, le cirque, l’improvisation ou encore les arts de la rue… Artistes, techniciens et administratifs se partagent les emplois. Mais le statut d’intermittent du spectacle qui leur est commun reste très fragile. La précarisation touche souvent les artistes et, malgré leur talent, il faut courir les auditions pour décrocher un rôle. Pour durer, il faut se faire connaître et répondre présent au bon moment. Des aléas que subissent moins les techniciens : ils arrivent plus facilement à vivre de leur profession.

Les métiers de la danse : Que l’on soit danseur ou chorégraphe, la danse exige beaucoup d’endurance, de rigueur et de persévérance. Le travail technique, les répétitions et les représentations demandent une passion sans faille.  Du classique au hip-hop, la danse recouvre d’ailleurs des réalités très différentes. Pour accéder aux métiers de l’enseignement, les danseurs doivent obtenir le diplôme d’Etat. Mais, pour la majorité des danseurs professionnels, c’est le statut d’intermittent du spectacle qui prévaut, ce qui signifie contrats précaires, revenus incertains et nécessité d’un job d’appoint, généralement dans l’enseignement.

 Les métiers de la musique : Musicien classique ou de jazz, chanteur lyrique ou de variété, professeur de musique, programmateur musical, musicothérapeute… Le monde de la musique offre une grande variété de métiers, mais les places sont chères. Entre rêves de gloire et la dure réalité de la sélection, ils est difficile de trouver sa place et de transformer une passion en carrière. Le statut ordinairement proposé aux professionnels de la musique est  celui d’intermittent du spectacle. Si 20% des musiciens professionnels vivent convenablement de leur art, les autres doivent mener des activités connexes, notamment l’enseignement.

Les métiers de la mode et de la couture : si les grands créateurs font rêver, en réalité la haute couture pèse peu dans le secteur. Les entreprises qui s’en sortent le mieux sont celles qui renouvellent  souvent leurs collections, qui investissent une niche (vêtements de sport…) ou qui développent des collections innovantes (fibres rafraîchissantes…), ainsi que les activités connexes (communication…). Et il y a peu de place pour la création: un styliste sur deux est au chômage. On recherche surtout des modélistes, des chefs de produit et des directeurs de production. Le tapis rouge est réservé aux jeunes diplômés de commerce et de marketing.

Les métiers du management culturel : Avant de s’engager dans cette voie, en plus d’une forte motivation et d’une passion pour les musées, le théâtre ou les festivals, il faut avoir fait un stage ou avoir déjà eu une expérience associative. Hormis quelques postes dans la fonction publique, les affaires culturelles et le patrimoine, les emplois se situent surtout dans le privé, notamment dans l’événementiel. Les formation qui prétendent apporter ce type de compétences sont très nombreuses. Il en existe près de 300, sans compter les écoles de commerce, qui proposent de plus en plus de spécialisations en gestion culturelle.

Une grande variété de métiers sont consultables dans les PIJ / BIJ au travers de fiches ou de vidéo. Explorateur des Métiers  au BIJ à Blois.

Sites utiles :

http://www.orientation-pour-tous.fr/

orientation-pour-toushttp://www.onisep.fr/, http://oniseptv.onisep.fr/, http://www.cidj.com/, http://www.informetiers.info/, http://www.letudiant.fr/, http://www.studyrama.com/, http://www.lecanaldesmetiers.tv/,

en région centre : http://www.etoile.regioncentre.fr/