BUREAU INFORMATION JEUNESSE DE LOIR-ET-CHER

Découvrez notre page Netvibes !
Le BIJ (Bureau Information Jeunesse) est un lieu d'accueil, d'information et de documentation anonyme et gratuit. Nous disposons d'un espace d'accueil de 100m² mutualisé avec la Mission Locale du Blaisois et la Maison de l'Emploi.Téléchargez le dépliant du BIJ
Tes Infos

Les métiers de l’agriculture, pêche et nature

L’enseignement agricole propose des formations variées dans de  nombreux secteurs qui recrutent : agriculture et élevage, bien sûr, mais aussi dans l’environnement, paysage, commerce, tourisme rural et services aux personnes. Après l’Education nationale, l’enseignement agricole est le deuxième dispositif éducatif en France. Son champs est très étendu, de la quatrième jusqu’au diplôme d’ingénieur, en passant par le Capa, les bacs pro, techno ou scientifiques et la licence professionnelle. Une évolution incontournable à noter  la montée en puissance de l’agriculture bio.

Les métiers de l’agriculture englobe de nombreux métiers : ouvrier en polyculture-élevage, éleveur, arboriculteur, viticulteur, pisciculteur…L’évolution des techniques favorise l’émergence de nouveaux métiers et de services  transformation , conseil, environnement, qualité, informatique, recherche… La sécurité et la qualité, au premier rang des préoccupations, et le développement de l’agriculture raisonnée obligent les agriculteurs à de nouvelles règles. Pour ces métiers, les bacs pro et les formations à Bac +2, de plus en plus prisées, creusent durablement le sillon.

Les métiers de l’élevage : Berger, éleveur, inséminateur, contrôleur laitier… La palette des métiers de l’élevage est large. Mais pour élever et soigner des animaux, les formations sont de plus en plus pointues et l’engagement dans le métier est constant, 365 jours par an! Dans tous les cas, l’éleveur est à la fois technicien, gestionnaire, planificateur, organisateur et vétérinaire pour les premiers soins. L’informatique est désormais indispensable pour la gestion et le calcul des rations alimentaires. Les exploitations sont devenues de véritables entreprises. Dès lors, les métiers se complexifient et les niveaux de formation sont de plus en plus élevés.

Les métiers du soin et du dressage : Soigner, dresser, vendre, éduquer des animaux de compagnie nécessite un réel savoir-faire. Ainsi, si vous souhaiter faire de votre passion un métier, il vous faut une formation solide. Elle vous permettra d’évoluer dans la spécialité que vous aurez choisie. Si vous voulez augmenter vos chances dans ce secteur, il est conseillé de jouer la double compétence. Si la profession de vendeur en animalerie offre des débouchés, dans le domaine du dressage des chiens, en revanche, pas de véritable salut en dehors de l’armée, la police ou la gendarmerie.

Vétérinaire et auxiliaire vétérinaire : Parce que les urgences n’attendent pas, le vétérinaire en zone rurale parcourt les routes jour et nuit. Proche des éleveurs, il est aussi conseiller technique et sanitaire. En ville, les vétérinaires soignent majoritairement chiens et chats. Alors, véto des champs ou véto des villes ? Si les possibilités d’installation sont faibles en ville pour cause de saturation du marché, elles sont plus faciles à la campagne. Autres pistes devenir cadre commerciale de l’industrie pharmaceutique, chercheur en biologie et pathologie comparée, fonctionnaire de direction des services vétérinaires ou des armées…

Les métiers du cheval : Outre les clubs équestres, les 900 000 chevaux an France nécessitent des exploitations agricoles, mais aussi des maréchaux-ferrants, des selliers, des soigneurs, des inséminateurs… Au total, la filière représente environ 75 000 emplois directs en France. En centre d’équitation, dans un haras, sur un hippodrome, au sein de la gendarmerie ou encore au cirque, le secteur offre des débouchés variés. Mais attention, pour se faire une place dans le monde du cheval, la persévérance et la passion ne suffisent pas : une solide formation professionnelle est exigée.

Les Métiers de la pêche et de l’aquaculture : De la mer à l’étal, le poisson après avoir été pêché, sera acheté, conditionné, commercialisé et transporté. Pêcheurs, crieurs, mareyeurs, transporteurs, distributeurs, poissonniers…Tous cherchent à conserver au poisson sa fraîcheur. Les diplômes, du CAP à l’université, sont adaptés au marché de l’emploi, mais la tendance de l’emploi n’est pas au beau fixe. La situation est meilleure dans le domaine de l’aquaculture (élevage de poissons, crevettes, coquillages). La France se place au deuxième rang en Europe et est le premier producteur d’huîtres dans l’Union Européenne.

Les métiers de la nature, des eaux et forêts : Vous voulez travailler en plein air ? Dans les forêts, au bord d’un lac, des étangs ou des rivières, le choix est vaste, d’autant plus que la superficie des forêts françaises représentent 30% du territoire boisé européen. Du CAP au titre d’ingénieur, des diplômes spécialisés permettent d’accéder à un emploi. Globalement, les métiers du secteur évoluent vers l’aménagement du territoire, l’environnement, le reboisement  ou la gestion des espaces naturels. Mais attention  nature et grand air ne sont pas toujours synonymes de vie facile et joues roses !

Les métiers de l’environnement : Vous rêvez de travailler dans l’environnement pour vivre au grand air et proche de la nature? Erreur! l’eau, la gestion des déchets et des risques dominent ce secteur et représentent 75% des « métiers verts ». Seuls 3% de ces emplois concernent la protection de la faune, de la flore ou des paysages. L’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEM) prévoyait que l’économie verte engendrerait 492 000 emplois d’ici 2020. Aujourd’hui, elle table sur 421 000. Les entreprises ont dû revoir à la baisse leurs perspectives de recrutement, mais ce domaine reste solide. Des postes sont à pourvoir si l’on choisit bien sa formation.

Les métiers du paysage et de l’horticulture : Création de bassins, pose d’arrosages intégrés ou éclairages, réalisation d’allées fleuries… L’expression artistique du professionnel du paysage s’exprime de multiples façons. Et le secteur recrute! Tout comme l’horticulture, qui a besoin aussi de professionnels, que ce soit pour la production (maraîchers, pépiniéristes, floriculteurs, arboriculteurs), l’horticulture d’agrément (projets sous la direction de paysagistes) ou la vente (grande distribution, conseil aux clients et aux horticulteurs). Bonne nouvelle  du CAP au diplôme d’ingénieur, il y a (presque) toujours un emploi à la clé !

Les métiers de la vigne et du vin : Trois domaines composent le secteur vitivinicole. La production regroupe tous les métiers liés au travail de la vigne préparation du sol, plantation, taille, entretien sanitaire, vendanges. Le secteur de la transformation fait appel aux « hommes de l’ombre » œnologie, caviste ou maître de chai, chacun ayant des savoir-faire très spécifiques. Enfin, le secteur commercial est chargé de l’écoulement de la production en France et à l’étranger. Du Capa au master, en passant par le BTSA ou la licence professionnelle, il existe presque autant de formations que de cépages!

Les métiers de l’agroalimentaire : du CAP au BAC PRO : Les industries agroalimentaires transforment les produits agricoles en produits finis, prêts à être consommés. De nombreux débouchés existent notamment dans la fabrication et le conditionnement. Pour travailler dans le secteur, le niveau de base est le CAP ou le Capa (2 ans après la troisième), mais les recrutements se font de plus en plus à partir du Bac Pro (3 ans après la troisième). Les entreprises ont particulièrement besoin d’opérateurs de fabrication de produits et de conducteurs de ligne de production.

Les métiers de l’agroalimentaire  : Bac et études supérieures : Pour transformer les produits de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage, l’agroalimentaire a besoin de main-d’œuvre qualifiée. Parmi les nombreux débouchés, on trouve la production, la logistique, la qualité, la maintenance et les achats. Pour travailler dans le secteur, un Bac + 2 (BTS, BTSA, DUT) ou une licence professionnelle (Bac +3) vous permettront d’être directement opérationnels. Un Bac +5 (diplôme d’ingénieur, master) vous ouvrira les portes d’un poste d’encadrement.

Les métiers de l’agro-équipement :  L’agriculture « de précision » a pour but d’optimiser la gestion d’une parcelle sur les plans agronomique (pratiques culturales), environnemental (rééducation des pollutions) et économique (meilleure compétitivité). Au service de cette agriculture de précision, l’agro-équipement recouvre des réalités très diverses : équipements pour espaces verts, équipements viticoles et vinicoles, tracteurs et véhicules remorqués, équipements pour le travail du sol, matériel de récolte et d’élevage… Du CAP au diplôme d’ingénieur, les formations sont nombreuses.

Les ingénieurs en agriculture : Ils occupent des postes d’encadrement dans les secteurs variés : agroalimentaire, production agricole, commerce et distribution, organisations professionnelles agricoles, entreprises d’agrofournitures, exploitations agricoles, établissements publics et parapublics. De même, leurs fonctions sont variées : techniques, administratives, financières, commerciales, recherche et développement… A chacun sa spécialité! Les diplômés d’une école d’ingénieurs sont titulaires d’un Bac +5.

Nombres de  métiers existent sur tous ces thèmes  venez dans les PIJ/BIJ consultez les fiches qui vous intéressent.

sites utiles :  www.grainecentre.org

Une grande variété de métiers sont consultables dans les PIJ / BIJ au travers de fiches ou de vidéo. Explorateur des Métiers  au BIJ à Blois.

Sites utiles : http://www.orientation-pour-tous.fr/

orientation-pour-tous

 

www.onisep.fr , http://oniseptv.onisep.fr/ , www.cidj.com , http://www.informetiers.info/  , http://www.letudiant.fr/ , www.studyrama.com, http://www.lecanaldesmetiers.tv/,

en région centre : http://www.etoile.regioncentre.fr/