BUREAU INFORMATION JEUNESSE DE LOIR-ET-CHER

Découvrez notre page Netvibes !
Le BIJ (Bureau Information Jeunesse) est un lieu d'accueil, d'information et de documentation anonyme et gratuit. Nous disposons d'un espace d'accueil de 100m² mutualisé avec la Mission Locale du Blaisois et la Maison de l'Emploi.Téléchargez le dépliant du BIJ
Tes Infos

Les métiers de la science et technologies

Les études d’ingénieur : Si la construction d’un viaduc, la programmation informatique ou le lancement de l’A380 vous passionnent, devenez ingénieur ! Les écoles vous ouvrent leurs portes. Aujourd’hui, la moitié seulement des nouveaux entrants passe par une classe préparatoire scientifique. De plus en plus, les écoles offrent des places directement après le bac (écoles à prépa intégrée…) ou après un bac + 2, DUT et BTS en tête. Elles s’efforcent ainsi de séduire de nouveaux publics : bacheliers technologiques, jeunes femmes, jeunes souhaitant suivre une scolarité en contrat d’apprentissage… N’hésitez plus !

Les métiers de la maintenance  : Un ascenseur qui tombe en panne, une unité de production qui s’arrête, les turbines d’un avion qui dysfonctionnent… Collectivités, entreprises de services, sites de production : toutes les structures ont besoin d’un service de maintenance, que celui-ci soit intégré sur le site ou pris en charge par un prestataire externe. Ce secteur est confronté à des évolutions technologiques permanentes qui obligent les professionnels à s’adapter et à se former. Avis aux passionnés de mécanique et de technologie : le secteur recrute du CAP au diplôme d’ingénieur !

Les métiers de l’hygiène et de la sécurité du travail : Accident sur un chantier, explosion sur un site de production, piratage informatique… Pour l’entreprise, les risques professionnels sont partout. Ils menacent à la fois les salariés, les bâtiments, le matériel et la production. Les entreprises les plus sensibles, liées notamment à l’énergie, au transport, au bâtiment, à la chimie ou à l’agroalimentaire, disposent de leur propre service dédié à la gestion des risques. D’autres font appel à des prestataires externes. Tous ces professionnels partagent le même objectif : le risque zéro. Ils imaginent au quotidien tous les scénarios possibles d’accidents.

Les métiers de la qualité : Du benzène dans des bouteilles d’eau minérale, des ceintures de sécurité défaillantes… Quotidiennement, les entreprises sont obligées de rappeler les lots défectueux. Car le défaut peut s’immiscer à n’importe quelle étape de la production. La qualité est donc un rouage essentiel. Agroalimentaire, automobile, pharmacie… Les industries dites sensibles n’hésitent pas à développer des services entiers dédiés à la qualité. Les PME la confient à un professionnel de la production ou encore à un prestataire externe.

Les métiers de la recherche : Analyser la structure atomique de la matière, concevoir des robots intelligents, retrouver les origines de l’humanité… Fondamentale ou appliquée, la recherche concerne tous les domaines scientifiques. Qu’elle soit privée (service recherche et développement des entreprises) ou publique (universités, CNRS…), elle fait appel aux plus hautes compétences : il faut posséder un doctorat (bac + 8) pour devenir chercheur ou enseignant-chercheur, un diplôme d’école d’ingénieur (bac + 5) pour devenir ingénieur R&D. Mais tous les niveaux trouvent leur place dans l’équipe de recherche : CAP, bac pro, BTS…

Les métiers des statistiques et de démographie : Quoi de commun entre une enquête marketing, un sondage d’opinion et un contrôle qualité automobile ? La statistique ! Au XXIe siècle, l’information est devenue un élément clé. Avant de prendre une décision importante pour une entreprise ou pour l’État, il faut en maîtriser tous les paramètres, ce qui signifie traiter une masse considérable de données scientifiques, techniques, financières… et en interpréter les résultats. C’est l’affaire des statisticiens, qui interviennent partout où se prennent les décisions, de l’assurance à la chimie, en passant par le sport ou encore les sciences politiques.

Les métiers de l’astronome : Comment est né l’Univers ? Que se passe-t-il quand deux galaxies entrent en collision ? Y a-t-il un trou noir ? L’astronomie étudie le Soleil et ses planètes, les étoiles et les planètes extrasolaires, les nébuleuses de matière interstellaire, les galaxies et, enfin, l’origine et l’évolution de l’Univers. Pour faire de grandes découvertes, il faut des moyens d’observation à la pointe du progrès : ce sont les missions spatiales ou les grands observatoires au sol. Leurs résultats poussent en permanence les équipes à améliorer leurs modèles de calculs et à imaginer de nouvelles théories. Un métier passionnant !

Les métiers de la géologie : Quelles poussées les massifs exercent-ils sur les parois des tunnels ? Quelles seront les sources d’énergie disponibles à l’avenir ? C’est à ces questions que les géologues répondent. Leur créneau : la structure, les propriétés physiques, l’histoire et l’évolution de la planète. Concrètement, il s’agit par exemple de rechercher des gisements de matières premières, mais aussi de participer à la gestion de l’eau en préservant les nappes phréatiques, de prévenir les risques naturels, ou encore de préparer la construction de bâtiments.

Les métiers de la météorologie : Les météorologistes étudient et observent les phénomènes atmosphériques pour établir des prévisions météo utiles au grand public, mais aussi aux professionnels. Industrie, transports, agriculture, défense, bâtiment, énergie, tourisme, loisirs… Presque tous les secteurs en ont besoin pour organiser leur activité. Les prévisions permettent notamment de prévenir les risques climatiques : canicule, inondation, tempête, avalanche, incendie de forêt, pic de pollution… Prévenir le danger pour assurer la sécurité des biens et des personnes est donc également une des missions des météorologistes.

Les métiers de l’océanographie : Étudier les conséquences d’une marée noire, prévoir l’arrivée des méduses, prévenir la fin du thon rouge… Quoi de plus passionnant pour un scientifique qui s’intéresse aux océans ? Cela dit, s’ils effectuent des prélèvements dans le monde entier, les chercheurs passent plus de temps dans leur bureau, à préparer leur campagne en mer ou à en analyser les résultats. Et les débouchés sont très rares, excepté quelques postes à l’université ou en organisme de recherche, comme le CNRS (Centre national de la recherche scientifique) ou l’Ifremer (Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer).

Les métiers de l’énergie : Comment anticiper l’après-pétrole ? Quelles sont les énergies de l’avenir ? Comment maîtriser la consommation ? Pour le secteur de l’énergie, les défis ne manquent pas ! Et, comme les besoins énergétiques ne cessent d’augmenter, les perspectives d’emploi restent positives malgré la crise, notamment pour les personnels qualifiés. Dans le public et dans le privé, le secteur recrute dans trois domaines : études et développement (géothermicien, ingénieur en énergie solaire…), exploitation (technicien de maintenance, électrotechnicien…), conseil et commercialisation (conseiller énergie, technico-commercial…).

Les études de maths et de physique : Professeur de maths, ingénieur nucléaire, technicien d’essai en aéronautique… Les mathématiques et les sciences physiques sont indispensables. Grâce à la modélisation, les maths permettent de produire des outils servant par exemple à anticiper des phénomènes naturels, à évaluer des risques industriels ou encore à optimiser les ventes (contrats d’assurance, billets de train…). Quant aux sciences physiques, à la charnière des maths et de la technologie, elles irriguent toutes les sciences de l’ingénieur : sans elles, pas de téléphone portable ni de codes-barres en grande distribution, par exemple.

Les métiers de l’optique de précision : Codes-barres pour la grande distribution, radars automatiques, fibres optiques pour l’internet à haut débit. L’optique est partout ! Associée à l’électronique et à l’informatique logicielle, elle permet de multiples applications. Et c’est un secteur d’avenir. Le diplôme idéal est celui des écoles d’ingénieurs, généralistes ou spécialisées, ou, pour postuler dans la recherche, le doctorat (bac + 8) et le postdoc (bac + 11). Avec une formation courte, type BTS, DUT ou licence pro, vous pourrez postuler comme technicien supérieur, et, avec un bac pro, comme opérateur.

Les métiers de la biologie : La biologie attire de nombreux étudiants… mais les débouchés ne sont malheureusement pas toujours au rendez-vous ! La recherche publique ne recrute qu’au compte-gouttes, et les postes dans l’enseignement ne sont ouverts que sur concours. Les emplois se situent essentiellement dans les industries agroalimentaires et pharmaceutiques et, de plus en plus, dans le secteur des biotechnologies. Les techniciens y sont le plus souvent recrutés à partir d’un bac + 2 (BTS ou DUT) ou bac + 3 (licence professionnelle). Les ingénieurs, de leur côté, doivent viser un bac + 5 (diplôme d’ingénieur ou master).

Les métiers de la chimie : du CAP au Bac pro : Agroalimentaire, environnement, automobile… La chimie est partout ! Elle regroupe plusieurs secteurs : les producteurs de chimie minérale et organique fournissent les matières premières aux autres secteurs qui les transforment en produits pharmaceutiques, industriels ou cosmétiques. Depuis quelques années, l’industrie chimique est devenue une industrie à haute technicité. Les métiers requièrent un niveau de qualification de plus en plus élevé. Les ouvriers, de moins en moins nombreux, sont surtout recrutés comme opérateurs de fabrication ou pilotes d’installation. Des métiers que l’on peut exercer avec un CAP ou, mieux encore, avec un bac pro.

Les métiers de la chimie : Bac et études supérieures : La chimie est partout ! Secteur clé du paysage industriel français, l’industrie chimique fournit des produits aux autres industries (plasturgie, automobile, électronique…), au secteur agricole (fertilisants…) et aux services (gaz pour les hôpitaux…), sans oublier les parfums, cosmétiques, peintures… Depuis quelques années, l’industrie chimique est devenue une industrie à haute technicité. Les métiers, de plus en plus pointus et techniques, requièrent un niveau de qualification plus élevé. Les techniciens y sont le plus souvent recrutés à partir d’un bac + 2 ou bac +3. Les ingénieurs sont le plus souvent embauchés avec un bac + 5.

Les métiers de la céramique industrielle : Porcelaine, verre, terre cuite… La céramique regroupe tous les produits fabriqués à partir de matières minérales et transformés par une cuisson à haute température. Résultat : un matériau inoxydable et inaltérable, au point qu’on en retrouve parfois des fragments sur les chantiers archéologiques. Aujourd’hui, l’industrie céramique fournit les secteurs du bâtiment, des arts de la table, des céramiques techniques (composants électroniques, prothèses médicales) …

Les métiers de la plasturgie : Sacs plastiques, prothèses high-tech, fenêtres en PVC, smartphones : les matières plastiques sont partout. Il faut dire qu’elles allient de nombreuses qualités : légèreté, résistance, esthétique… et qu’elles se substituent de plus en plus à d’autres matériaux. Les entreprises de la plasturgie offrent un large choix de métiers et recrutent à tous les niveaux, de l’ouvrier qualifié aux cadres supérieurs et cadres dirigeants. Très ouvertes aux jeunes, elles proposent des fonctions évolutives.

Les métiers de l’industrie du verre : Vitrines de magasin, portes et fenêtres, façades d’immeuble, optique… Les entreprises du verre élaborent des produits à la pointe de la technologie. Concentrée sur certaines régions (qui varient en fonction du type de produit verrier), cette industrie fait travailler près de 20 000 personnes en France, dont la moitié dans la miroiterie. Si le secteur emploie majoritairement des ouvriers, il recrute actuellement des jeunes pour les former et les faire évoluer vers l’encadrement, la technique ou le commercial.

Les métiers des matériaux : On parle d’industrie des matériaux pour désigner la recherche et la production de matières premières fournies aux entreprises pour fabriquer d’autres produits. Les sociétés clientes relèvent du secteur de la construction automobile ou aéronautique, du bâtiment, de l’agroalimentaire… L’enjeu est important, notamment dans les plastiques et les composites, puisque les professionnels ont recours à des matériaux de plus en plus performants. Ils ont aussi besoin de jeunes diplômés en science des matériaux et de l’équipement industriel.

Une grande variété de métiers sont consultables dans les PIJ / BIJ au travers de fiches ou de vidéo. Explorateur des Métiers  au BIJ à Blois.

Sites utiles :

http://www.orientation-pour-tous.fr/

orientation-pour-toushttp://www.onisep.fr/, http://oniseptv.onisep.fr/, http://www.cidj.com/, http://www.informetiers.info/, http://www.letudiant.fr/, http://www.studyrama.com/, http://www.lecanaldesmetiers.tv/,

en région centre : http://www.etoile.regioncentre.fr/